Monsieur Vinyl | Interview : 'Hello Vinyl' sillonne YouTube
1527
post-template-default,single,single-post,postid-1527,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,paspartu_enabled,paspartu_on_bottom_fixed,qode_grid_1300,vss_responsive_adv,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-10.1.2,wpb-js-composer js-comp-ver-5.1,vc_responsive

Interview : ‘Hello Vinyl’ sillonne YouTube

Il y a deux ans, lorsque j’ai lancé ma première vidéo en Juillet 2015, YouTube était pratiquement désert de vinyleux et de vinyleuses. Petite Âme postait sa première vidéo en Février 2016, tandis que Je Disque Je Veux débarquait huit mois plus tard. Aujourd’hui, bon nombre de vidéastes nous ont rejoint en satellite pour causer galettes (ENG Sounds, Toi Aussi Tu Collectionnes, Vinyle Actu,…). Et quel plaisir !

En ce mois de Novembre 2017, une petite nouvelle fait son apparition. Elle s’appelle Hello Vinyl. Certains l’on découvert via Instagram, le réseau sur lequel elle s’active depuis Octobre 2015. Dorénavant, vous la retrouverez aussi sur YouTube ! Rencontre avec une autre passionnée de la galette ronde, avec la petite touche féminine qui va bien !

Monsieur Vinyl : Bonjour Mademoiselle Hello Vinyl !

Hello Vinyl : Bonjour Monsieur Vinyl !

MV : Comment en es tu arrivée à collectionner les vinyles ?

HV : Au départ, je ne cherchais pas à démarrer une collection. Je suis tombée un peu par hasard sur le format et il m’a tout de suite plu. Le crépitement du son, les ondulations hypnotiques des sillons, la beauté des pochettes,… À l’époque, les vinyles n’étaient pas encore revenus en force, du coup pour un non initié c’était un peu plus difficile de trouver du matériel et les lieux où acheter de la galette. Il faut dire aussi que j’étais étudiante et que je n’avais pas les moyens d’acheter des vinyles.

Au fur et à mesure des années, j’ai fini par découvrir des artistes d’horizons très variés, des grands classiques aux petits groupes indés. Dès ma première paye, je me suis acheté une platine, un ampli, des enceintes et la passion n’a fait que croître avec le temps jusqu’à devenir une collection que j’aime et qui me ressemble. Mais, au départ, c’est davantage une passion pour la musique, une envie de constituer un répertoire d’albums qui me ressemble plutôt qu’une envie de démarrer une collection.

MV : Quels sont tes projets pour 2018 avec ta chaîne YouTube ?

HV : J’ai beaucoup d’idées pour cette chaîne, beaucoup de choses à faire découvrir aux passionnés comme moi. Pour la première vidéo, je voulais planter le décor, me présenter et j’ai pensé que les achats du mois étaient parfaits pour ça. Mais ce n’est pas seulement à ce contenu que je veux me limiter. J’ai des projets plus personnels en tête que les ‘achats’, ‘unboxing’ et autres (même si c’est un contenu que j’aime faire et regarder). Mon but est de faire une chaîne qui me ressemble tout comme ma collection : de l’énergie, des rencontres, des découvertes,… J’espère que les gens prendront autant de plaisir à me suivre que j’en prend à faire ces vidéos.

MV : Quels sont les artistes/groupes qui sont phares pour toi ? Et pourquoi ?

HV : C’est toujours très difficile pour un passionné de faire un top. Mais même si j’ai des centaines de références sur mes étagères, je peux citer quelques noms qui sont indissociables de ma personnalité et de mon quotidien. Dans un premier temps, Steven Wilson qui est, à mon sens, le génie du prog’ actuel tant dans sa carrière solo que dans le groupe Porcupine Tree. Il y a aussi Nine Inch Nails et, en règle générale, tous les projets de Trent Reznor qui sont toujours surprenants, pleins de sentiments forts et contradictoires. Trent est toujours très juste dans ses compositions et en accord avec mes envies du moment.

Et puis évidemment Keane, comment ne pas les citer ? Même s’il s’agit d’un groupe de Pop anglaise très simple, c’est également un des premiers groupes qui m’a fait comprendre que la musique n’était pas qu’une succession de phrases. La musique c’est des émotions à travers les mots et à travers une voix. Je citerai enfin Opeth, un groupe de métal prog’ nordique, qui m’a fait tomber amoureuse du Metal et du guttural. Une révélation pour moi.

Après, comme tout le monde, je citerai Pink Floyd ; mais là c’est ce que j’appellerais plutôt la claque de ma vie ! Surtout « Wish You Here Were », « Meddle » et le « Dark Side Of The Moon ». Un groupe qui a toujours su renaître, se réinventer malgré tout et qui a aussi créé ma chanson préférée de tous les temps : « High Hopes » ! Les Smashing Pumpkins sont très importants aussi pour moi, une voix très atypique, une ambiance sombre et romantique à la fois. Oh, et puis David Bowie aussi ! Enfin, tu vois, ça devient difficile de se limiter !

MV : Quel a été le tout premier vinyle de ta vie ?

HV : Un jour, je suis passée devant un magasin qui vendait des vinyles et qui avait du mal à tenir bon (le vinyle c’était ringard à ce moment là). En passant devant, j’ai vu des pochettes exposées en vitrine. Comme j’ai toujours été attirée par les images d’albums, je suis rentrée. Ça sentait le vieux papier cartonné, la poussière (odeur que tout collectionneur de vinyles connaît). Tout de suite, cette ambiance chaleureuse m’a fait me sentir chez moi. Je ne connaissais rien du vinyle à ce moment là. Mes parents en avaient quelques-uns quand j’étais très jeune mais ils ont très vite laissé place aux CD et aux cassettes. Je trouvais l’objet tellement beau que je me suis décidée à en prendre un. En plus à l’époque ça ne coûtait vraiment rien du tout.

Après quelques minutes à passer les disques, j’ai fini par sortir une pochette noire et rouge des bacs. Il s’agissait du concert « Un Olympia Pour Moi Tout Seul » de Renaud, un concert que j’écoutais en boucle à ce moment là. La personne qui m’accompagnait m’a dit qu’acheter une galette sans avoir l’installation ne servait à rien. Je me suis quand même décidée à prendre l’album en me jurant qu’un jour j’aurais l’installation pour l’écouter avec l’honneur qu’il mérite, celui de m’avoir amené au monde du vinyle. Et le pire, c’est que c’est le seul vinyle de ma collection que je n’ai jamais écouté !

MV : Comment vois-tu ta collection dans l’avenir ? Et comment vas-tu l’organiser ?

HV : Avec le temps je finis par comprendre ce que je veux vraiment comme artiste et comme édition. Par exemple, j’évite au maximum les rééditions récentes et je me tourne davantage vers les premiers pressages. Je me suis découvert une passion pour la recherche de vinyles en vide-grenier, avec de belles pièces que je peux écouter en rentrant chez moi, me dire que je fais de bonnes affaires et surtout, tomber sur un vinyle que je n’aurais pas pensé chercher ou à rajouter sur ma wantlist.

Quant aux éditions récentes, je me dirige vers les pressages couleurs quand j’en trouve et surtout je me tourne au maximum vers les vinyles seuls. Les doubles vinyles, avec deux à trois chansons par face, ont le don de m’agacer.

Je pense que l’on peut résumer ma collection comme un pêle mêle de vieux, récents et premiers pressages. Mais il y a aussi des vinyles couleurs, des pochettes neuves et abîmées, du Rock, du Blues, du Jazz, de l’Électro, de la New Wave, du Metal, des pièces de collection ou encore des galettes sans valeur,… Bref, ma collection me ressemble totalement et je souhaite qu’elle évolue avec moi, qu’elle soit de plus en plus fournie et diversifiée. Je la souhaite inestimable, et je ne parle pas de prix à l’achat ou à la revente. Une collection a la valeur que tu lui accordes.

En ce moment, ma collection est simplement rangée par ordre alphabétique. Il faut dire aujourd’hui que j’en suis qu’à environ 500 vinyles. Mais, dans le futur, j’aimerais les ranger par style, même si j’aurais bien plus de trucs dans le Rock et en prog’ que dans le Hip/Hop. Un jour, peut-être, je me lancerai un défi du genre « High Fidelity » : rangement autobiographique.

MV : Quel est ton dernier achat coup de cœur ?

HV : En terme d’achat, mon dernier coup de cœur est une réédition des dix premières années du groupe Black Sabbath dans une box avec vinyles couleurs absolument somptueux édités avec les matrices d’origine, artwork à foison. Et attention – exclusivité pour Monsieur Vinyl – je prépare une vidéo là-dessus. Elle sera prochainement sur ma chaîne !

MV : Quel est (ou quels sont) ton/tes YouTubeur(s) préféré(s) ?

HV : J’ai des vidéastes préférés dans différentes catégories. Évidemment, dans le monde du vinyle, je suis assidûment abonnée à ta chaîne, mais aussi à celle de Je Disque Je Veux, à celle d’Alexis Lloyd (même s’il n’a pas publié depuis un moment) et à l’émission ‘Vedi Veni Vinyl’ par Enjoy The Noise.

Dans les chaînes de musique en général, j’aime Vague Noire (anciennement Killing Rock), Frog Leap Studio qui fait des reprises improbables de musiques très variées en version Metal. J’aime aussi Metalliquoi ou encore Ten Second Songs qui fait des reprises de chansons en les fusionnant avec le style d’autres artistes (par exemple Eminem repris par Frank Sinatra). En fait, mon YouTube, c’est comme ma collection de vinyles : pour tous les goûts et pour toutes les humeurs !

MV : Merci à toi ! Je souhaite longue vie à ta chaîne !

HV : Merci ! À très vite !!

 

=========================

Pour retrouver Hello Vinyl, rien de plus simple ; allez la chercher à l’endroit où elle se trouve !

Sa chaîne YouTube : www.youtube.com/channel/UCwmINwllugaiDf3nLr8-gmw
Sa page Facebook : www.facebook.com/hellovinylyt
Son compte Instagram : www.instagram.com/hello_vinyl

Aucun commentaire

Publier un commentaire