Le vinyle HD arrive ! | Monsieur Vinyl
1908
post-template-default,single,single-post,postid-1908,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,paspartu_enabled,paspartu_on_bottom_fixed,qode_grid_1300,vss_responsive_adv,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-10.1.2,wpb-js-composer js-comp-ver-5.1,vc_responsive

Le vinyle HD arrive !

Le vinyle HD c’est pour bientôt… En tous cas, si tout se passe bien, on pourra acheter en magasin les premiers exemplaires de cet étrange support à l’horizon 2019. Mais qu’est-ce que le vinyle HD ? Et surtout qu’est-ce que cela va concrètement changer ? Explications.

Voilà plusieurs années que son nom était murmuré sur les lèvres de nombreux mélomanes à travers le monde et autres aficionados de la galette ronde : le « Vinyle HD ». En voilà une drôle d’idée que d’associer le terme ‘haute définition’ à un support qui tire avant tout ses racines du monde analogique. Et puis, entre le CD et le vinyle, il y a comme deux clans.

Il est vrai que depuis l’invention du microsillon par Columbia en 1946, le support vinyle est resté pratiquement fidèle à lui-même. Mais la musique, elle, s’est totalement transformée. Ce n’est un secret pour personne, le numérique fait désormais partie intégrante du monde musical et nous sommes évidemment bien loin – qu’on le veuille ou non – du tout-analogique des années cinquante. Aujourd’hui, en 2018, quel artiste n’utilise pas un son numérique en studio ?

Partant possiblement du constat que le support vinyle devait lui aussi subir sa « révolution », un brevet a été déposé en 2016 par une start-up autrichienne (du nom de Rebeat Innovation) afin d’améliorer sa qualité sonore. On parle alors d’une gravure plus précise qui – du même coup – amplifiera de 30% le volume d’écoute. On gagnera aussi 30% de temps de lecture. Au passage, on dira au revoir à tous les produits chimiques toxiques de nos jours utilisés dans le processus de matriçage (notamment le phénomène de l’électrodéposition). À terme, on pourra également dire adieu aux test pressings puisque le vinyle HD s’avérera tellement précis qu’il réduira de nombreuses erreurs de gravure. Comprenez que tout ceci part d’une seule et même chose : la rainure du sillon sera parfaite ; ainsi le diamant de votre platine pourra enfin en épouser totalement la forme (le conflit tangentiel/radial est alors résolu).

D’ailleurs, j’entends déjà ceux qui craignent qu’une nouvelle économie de la platine vinyle puisse pointer son nez. Soyez rassurés : le vinyle HD n’aura pas besoin d’une platine spécifique pour être lu. Votre bonne vieille platine habituelle fera aisément l’affaire.

« Le vinyle HD ne s’inspire pas seulement de la méthode
de pressage traditionnel : il la simplifie »

Pour simplifier les choses, le vinyle HD va devenir un vinyle pressé à partir d’une gravure… au laser ! Et c’est bien là toute la différence avec les chères galettes que l’on connaît jusqu’alors, dont les sillons sont généralement imprimés grâce à une matrice gravée par un burin en diamant placé au bout d’un stylet.

Le vinyle HD ne s’inspire pas seulement de la méthode de pressage traditionnel : il la simplifie. Et en trois étapes seulement. La première étape consiste à convertir numériquement l’audio en une carte topographique en 3D. Ensuite, cette dernière est gravée au laser sur une plaque de céramique (qui devient du même coup le stamper). La découpe peut atteindre 100 kHz sur le bord externe du disque (un disque vinyle traditionnel atteint une découpe maximum de 15 kHz). La troisième et dernière étape consiste à presser ce stamper en céramique sur le vinyle ; fini le stamper en nickel qu’il fallait remplacer au bout du millième pressage en raison de son usure et qui était une copie d’une copie d’une copie (la laque produisait le disque père, qui produisait ensuite le disque mère qui fabriquait alors le stamper…). Avec la céramique, on garantit une fiabilité de pressage à toute épreuve : la première et la dernière copie sont absolument identiques, et il faudra pas moins de 10 000 pressages avant qu’il ne commence à s’user.

Outre l’aspect sonore – dont je suis curieux d’entendre réellement la différence avec un vinyle standard (la galette continuera t’elle de craquer ?) – cette nouvelle technique de gravure va surtout permettre de réduire le coût de fabrication d’une matrice de 50% et celui d’un vinyle de 60%. Un point de vue intéressant pour le fabriquant. Mais qu’en sera t’il du consommateur ? Car il ne faudra pas oublier non plus de surveiller la source mastering qui sera pressée sur ce nouveau type de support. Certes, sur le papier, le vinyle HD peut s’avérer séduisant, mais il pourra l’être beaucoup moins si le mastering s’avère être de piètre qualité.

« Les premiers vinyles HD disponibles d’ici l’été 2019 »

Toujours est-il que Güenter Loibl, le fondateur de la start-up autrichienne à l’origine du vinyle HD, croit dur comme fer à ce procédé. Et il le peut, puisqu’il vient tout juste de recevoir 3 millions d’euros de financement pour concrétiser son brevet. Il faudra encore huit mois à l’entreprise pour effectuer tous les ajustements nécessaires de sorte que, d’ici l’été 2019, les premiers vinyles HD soient disponibles dans les magasins.

Pour conclure, il réside une seule ombre au tableau à tout cela : combien coûtera un vinyle HD en magasin ? Rendez-vous en 2019 pour y voir plus clair… et à bon entendeur !

Aucun commentaire

Publier un commentaire